Systèmes d’administration de la nutrition entérale : lequel choisir chez les nouveau-nés ?

Campus Vygon

20 Mar, 2024
Soins-infirmiers-generaux-pour-les-nouveau-nes-avec-une-nutrition-enterale

Les besoins nutritionnels s‘entendent comme la quantité de chacun des nutriments nécessaires à un individu à chaque étape de sa vie pour maintenir un état nutritionnel correct et, ainsi, prévenir les maladies et assurer une bonne croissance.

Il est essentiel de veiller à ce que ces besoins nutritionnels soient satisfaits dès les premiers stades de la vie. La prise en charge nutritionnelle tardive d’un nouveau-né qui en a besoin l’expose inutilement à des situations d’urgence métabolique qui peuvent altérer ses mécanismes de régulation homéostatique de l’environnement interne et avoir des conséquences à court et à long terme sur son état nutritionnel.

L’administration de la nutrition entérale aux nouveau-nés présentant des problèmes d’alimentation vise à maintenir et/ou à améliorer leur état nutritionnel, à prévenir les complications associées et à contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité chez les patients malades hospitalisés1,2,3.

MÉTHODES D’ADMINISTRATION DE LA NUTRITION ENTÉRALE

Afin de choisir le type d’administration des aliments, il est nécessaire de prendre en compte les caractéristiques étudiées lors de la mise en place du soutien nutritionnel : voie d’accès, horaire d’alimentation, tolérance, type d’aliment, maladie et problèmes spécifiques du patient…4,5

NUTRITION ENTÉRALE INTERMITTENTE

Forme d’administration périodique de nutriments par l’estomac. Il s’agit de la forme de nutrition la plus physiologique car son rythme est le plus proche de celui de l’alimentation orale conventionnelle. Elle permet une plus grande mobilité du patient et la stimulation de l’alimentation orale en provoquant des périodes de faim et de satiété.

Il peut être administré à l’aide d’une seringue, par gravité ou à l’aide d’une pompe pendant 15 à 45 minutes en général. La durée d’administration peut être plus longue pendant la transition de la nutrition continue à la nutrition intermittente et chez les patients ayant une tolérance limitée.

Il est indiqué en cas d’alimentation gastrique et de tolérance, chez les patients non critiques et sans risque d’aspiration, et dans le cadre de la nutrition à domicile lorsque cela est possible. Une fois l’administration commencée, les augmentations quotidiennes seront de 25 à 50 % du volume de la prise du jour précédent jusqu’à ce que les besoins soient atteints.

Les enfants nourris selon cette méthode sont plus susceptibles de présenter des ballonnements ou des douleurs abdominales, un excès de résidus gastriques, des régurgitations, des vomissements ou un syndrome de vidange en raison du volume intragastrique plus important4,5,6.

NUTRITION ENTÉRALE CONTINUE

Elle consiste à administrer le lait maternisé à un rythme continu, sans interruption tout au long de la journée. Cette technique implique peu de résidus gastriques et permet un bilan énergétique plus efficace que la nutrition intermittente. De plus, l’administration est plus volumineuse car elle favorise la tolérance digestive.

Elle est indiquée chez les patients souffrant de malnutrition, en cas de nutrition post-pylorique, chez les patients présentant une absorption réduite comme dans le cas du syndrome de l’intestin court, chez les patients présentant un risque d’aspiration, lorsque l’alimentation intermittente n’est pas tolérée et dans les situations de dépense énergétique élevée (maladie pulmonaire, maladie cardiaque…)4,5,6.

NUTRITION ENTÉRALE CYCLIQUE

Il s’agit d’une méthode d’administration continue, mais sur des périodes de moins de 24 heures (8-12 heures), généralement la nuit. Elle facilite la nutrition orale à la demande pendant la journée et la supplémentation nocturne4. Elle est largement utilisée dans la nutrition entérale à domicile, en combinaison avec une alimentation orale ou en bolus pendant la journée5.

Nutrition-intermittent-vs-continue-laquelle-choisir-chez-le-nouveau-ne

SYSTÈMES DE DISTRIBUTION DE FORMULES ENTÉRALES

GRAVITÉ/GAVAGE :

Il s’agit d’une méthode d’administration en chute libre à partir d’une seringue (bolus) ou par un système de goutte à goutte. Cette modalité est utilisée exclusivement lorsque la sonde est logée dans l’estomac ; elle n’est pas appropriée si elle est logée dans l’intestin. Elle est simple à utiliser, mais doit être surveillée fréquemment pour s’assurer que la quantité souhaitée de nutriments est perfusée, en particulier dans le cas du système de goutte-à-goutte4,5,6,7,8.

Elle est utilisée aussi bien pour l’alimentation intermittente que pour l’alimentation continue. Dans le cas de l’alimentation intermittente, on trouve deux modes de perfusion :

  • Bolus : la substance est administrée à un intervalle de moins de trente minutes, à l’aide d’une seringue qui déviera la formule nutritionnelle vers la sonde implantée6. Chez les patients néonatals de l’unité de soins intensifs néonatals, en particulier les prématurés très immatures, l’administration fractionnée doit être suffisamment lente (20 à 30 minutes), ce qui limite l’administration par gravité si elle n’est pas effectuée par les parents.
  • Système conventionnel de goutte à goutte dans lequel le lait maternisé est administré en reliant une sonde à une poche ou à un récipient. La perfusion est administrée sur une période de 45 à 60 minutes, en plusieurs prises réparties tout au long de la journée. Cette méthode permet un meilleur contrôle de l’administration, est mieux tolérée par le patient et plus facile pour le personnel infirmier. Il est recommandé que les aliments aient une faible viscosité4.

Dans le cas d’une alimentation continue par gravité, le débit est contrôlé par un mécanisme qui diminue le calibre de la ligne en augmentant la résistance à l’écoulement. Cette méthode n’est pas recommandée en pédiatrie4,6.

POUSSE-SERINGUES

L’utilisation de pousse-seringues pour l’administration de la nutrition entérale permet d’améliorer la précision de la formule à perfuser. Ils permettent d’administrer des volumes constants, ce qui réduit la possibilité d’une augmentation des résidus gastriques, minimise le risque d’aspiration et améliore le régime alimentaire, tout en réduisant la charge de travail du professionnel de santé ou de la famille (dans le cas des soins à domicile)4,5,6,7,8.

Ils sont utilisés pour une administration continue ou intermittente, tout comme le système par gravité.

  • Nutrition intermittente : pour administrer la solution par cette méthode, il faut s’assurer que le nouveau-né est stable et qu’il présente une vidange gastrique adéquate, ainsi qu’un faible risque d’aspiration. La technique est similaire à celle du goutte-à-goutte conventionnel par gravité, mais elle améliore le contrôle du débit de perfusion et réduit le risque de surdosage chez le patient néonatal4.
  • Nutrition continue : ce type d’administration, de petits volumes, est recommandé chez les patients dont la sonde est située dans l’intestin ou dans l’estomac d’un malade en phase critique. Ce système de nutrition améliore la tolérance nutritionnelle et réduit les complications liées aux volumes d’alimentation élevés. En outre, les pousse-seringues sont dotés de systèmes d’alarme qui rendent leur utilisation plus pratique4,6,7.

Dans de nombreux départements, la majorité de la nutrition entérale fractionnée est administrée à l’aide d’une pompe en raison du manque de personnel.

Il n’existe pas de méthode ou de système d’administration de la nutrition qui soit meilleur qu’un autre. Lors du choix entre les différentes options, il convient d’analyser les avantages et les inconvénients de chacune d’entre elles et de déterminer laquelle est la plus apte à couvrir les besoins du patient en fonction de son état et de ses exigences spécifiques.

BibliographIE

  1. Soria RM. Enteral feeding in neonates. Neonatal Nursing Journal 2010;8:11-14.
  2. Guillen AM, Serra JD. Feeding of the healthy newborn. Neonatology Service and Nutrition and Metabolopathies Section of “La Fe” Hospital, Valencia 2008.
  3. Pediatric and Neonatal Nutrition by Isabel Caba Porras, Amparo Vázquez Polo. Nutricia.
  4. Lama More, R., n.d. Enteral Nutrition. Madrid: AEPED, pp.388-389. Available at: https://www.aeped.es/sites/default/files/documentos/nutricion_enteral.pdf.
  5. Palomino Pérez, L., et al. Special Methods for the Nutrition of Hospitalized Children. Madrid: Sepho, p.6. Available at: http://sepho.es/wp-content/uploads/sites/7/2016/07/M%C3%A9todos-especiales-para-la-nutrici%C3%B3n-de-ni%C3%B1os-hospitalizados.pdf.
  6. es. 2016. Enteral Feeding by Tube in Preterm Neonates. Available at: https://www.murciasalud.es/preevid/21059.
  7. Durán Parada, K., 2012. Administration Methods, Infusion Systems and Necessary Implements for Home Enteral Nutrition. Gastrohnup Journal, 14(3), pp.129-130. Available at: https://revgastrohnup.univalle.edu.co/a12v14n3/a12v13n3art7.pdf.
  8. Ferreyra, C., 2017. Specialization in Critical Care Nursing. Córdoba, Argentina: Faculty of Medical Sciences, pp.16-20. Available at: http://lildbi.fcm.unc.edu.ar/lildbi/tesis/ferreyra-cynthia-soledad.pdf.

Campus Vygon

Un lugar donde aprender sobre procedimientos y técnicas sanitarias de la mano de destacados profesionales.
Share This